Le Chaberton mis à l’honneur pour les journées du patrimoine

Pour les Journées européennes du patrimoine, pourquoi ne pas découvrir un site chargé d'histoire, au bout d'une randonnée sportive à Montgenèvre.

0
1265
Randonnée Gourmande Montgenèvre © Office de Tourisme de Montgenèvre
Randonnée Gourmande Montgenèvre © Office de Tourisme de Montgenèvre

Pour les Journées européennes du patrimoine, pourquoi ne pas découvrir un site chargé d’histoire, au bout d’une randonnée sportive à Montgenèvre.

Une randonnée mythique !!

C’est une des randonnées la plus convoitée, la montée vers le Chaberton mais la plus sportives aussi .. C’est parti pour 16 kms et un dénivelé de 1 300 mètres avec des sentiers assez accidentés. Au fur et à mesure de la montée une sensation de vertige agréable nous habite, l’effort est dur mais tellement réjouissant surtout avec la nature que l’on voit changeante tout au long de la montée, et si on a la chance d’être guidé par un accompagnateur, comme nous, on profite d’une multitude de détails sur la faune et la flore. Laurent Meyer est accompagnateur en montagne depuis 20 ans.

Regarde-t-il y a des lagopèdes des Alpes là-bas, on les appelle aussi les perdrix des neiges, c’est un oiseau que l’on ne trouve qu’à partir de 1500 mètres, il est de plus en plus rare. Quand on est accompagnateur en montagne on est un généraliste de la montagne et le patrimoine est une des branches. Dans le Briançonnais comme ici à Montgenèvre on est entouré de fortifications d’altitude ! A l’école j’ai adoré l’histoire alors je n’ai vraiment pas eu de mal à m’y mettre » souligne en marchant Laurent

Cela tombe bien nous arrivons à la dernière portion, le col du Chaberton , entièrement dans les nuages, on aperçoit d’étranges cabanes en dur à moitié détruite, des fils de barbelais… il reste 2.5 kms avant de toucher au but.

« Quand le Charberton parlera Paris Tremblera »

L’arrivée est surprenante, c’est un plateau comme une terrasse, on avance et là on découvre 8 tourelles. Laurent avec un cahier contenant quelques planches nous explique « Trouver de telles installations militaires à 3130 mètres d’altitude, c’est vraiment unique ! On ne les voit pas, mais il y avaient 8 canons de 149mm avec une portée de 18kms, une puissance de feu incroyable. Les travaux ont commencé en 1890, tout était prêt pour 1913, 300 hommes étaient mobilisés au sommet mais ce n’est qu’en 1940 qu’elles serviront ». En effet le moment de combattre arriva le 21 juin 1940 ; le Chaberton tire sur les Français des centaines de coups. Le lieutenant Didier ordonnede tirer avec Mortier Schneider 280 mm.  Le premier coup détruit le téléphérique italien et en 3 jours le Forts des nuages sera détruit faisant 10 morts du côté italien On parle encore d’une victoire dans la défaite, car certes les chasseurs alpins français ont gagné cette bataille mais l’armistice a permis aux italiens d’occuper Briançon.

Lolo, accompagnateur en montagne

Laurent MEYER, 46 ans né dans le Vaucluse, est arrivé à Briançon en 1991 pour faire ses 10 mois de service militaire au 159 RIA. Il est accompagnateur en montagne depuis 1993. Aujourd’hui pour être accompagnateur il faut un brevet d’état avec plusieurs stages repartis sur 2 à 3 ans. Moniteur de ski l’hiver spécialisé dans le ski de rando et accompagnateur en Montagne l’été,il est aussi passionné de photos ; il s’octroie octobre et novembre pour s’adonner à  son plaisir de la capture d’images. « Les journées du patrimoine, c’est une manière pour nous de célébrer bénévolement la mémoire et le courage glorieux de ces hommes qui ont construit des bâtiments immenses à plus de 3000 mètres d’altitude, même s’il est vrai que c’était pour faire la guerre » Ce dimanche dès 8H, Laurent accompagnera déjà 12 personnes au sommet

Laissez un commentaire

Merci de mettre votre commentaire
Merci de mettre votre nom ici