Montgenèvre, village fleuri

0
1432
Montgenèvre village fleuri © Office de Tourisme de Montgenèvre
Montgenèvre village fleuri © Office de Tourisme de Montgenèvre

Montgenèvre village fleuri

Ce weekend, après une reprise du rythme scolaire, il sera agréable de flâner en altitude pour observer la faune et surtout la flore montagnarde. A ce sujet, plusieurs stations hautes alpines font l’effort de fleurir leur village et obtiennent pour certaines d’entre elles une labellisation particulière « village fleuri ». Dans les Hautes-Alpes, une seule station à la labellisation 3 fleurs, il s’agit de Montgenèvre.

4000 plants fleurissent en plein cœur du village

Riche de plus de 50 ans d’histoire, le label des villes et villages fleuris mobilise près d’un tiers des communes françaises, et plus de 4000 d’entre elles sont labellisées. A Montgenèvre des dizaines de pots suspendus, bacs à fleurs sont mis intelligemment aux abords des terrasses de restaurants, sur les bords des fenêtres des maisons, en suspension sur les lampadaires. A l’intérieur de ses pots on peut admirer toutes les variétés des fleurs alpines : Tulipe sauvage, Lis Martagon, Trolle, Crocus, Narcisse, silène Acaule, Chardons bleus …. Au total près d’une trentaine de variétés de plantes sont représentées « En effet dès début mai 4 agents des services techniques sont affectés aux espaces verts pour la plantation des 4000 plants, la mise en place des pots, l’arrosage, les tontes. Le coût de l’acquisition des plants est de 25 000 euros. D’ici fin septembre, avant les premières gelées tout sera enlevé » indique Laurent LIDOUREN, directeur des services techniques de Montgenèvre.

En savoir plus sur la flore alpine

La flore alpine est particulièrement riche d’espèces endémiques qui, pour la plupart, arborent des couleurs très vives. La Végétation change progressivement selon l’altitude, car seules les fleurs qui ont su s’adapter aux conditions rigoureuses dictées par le climat montagneux peuvent avoir un cycle de vie qui leur permettra de pérenniser l’espèce. Dans les zones de haute montagne où la neige tarde à fondre, où le vent et le froid s’invitent régulièrement, les fleurs doivent développer des racines fortes et longues pour mieux résister et aller chercher la plus petite parcelle d’humidité ou encore avoir des feuilles coriaces ou cireuses pour freiner leur déshydratation. Elles ont généralement une tige très courte, parfois n’en ont presque pas ou se présentent en coussins. Pour 2016, 235 communes obtiennent le niveau maximal, c’est-à-dire 4 fleurs, soit une augmentation de près de 4 % par rapport aux précédents résultats entre 2014 et 2015.

 

Laissez un commentaire

Merci de mettre votre commentaire
Merci de mettre votre nom ici